L’histoire de notre passion a souvent mis en exergue les divergences et surtout les tensions entre les différents musiciens composant les groupes. Les premières et les plus célèbres, portées à la connaissance du grand public, furent incontestablement celles qui opposèrent Jack Bruce et Ginger Baker et qui conduisirent à l’éclatement du premier super groupe Cream. Par la suite, ce fut autour de Simon and Garfunkel et de The Eagles de se déchirer publiquement provoquant ainsi la dissolution provisoire (heureusement pour ces derniers) de formations adorées du grand public.

Si donc beaucoup de grands groupes ont disparu rapidement de l’affiche sous de prétextes plus ou moins futiles (le trio West Bruce and Laing) en est l’exemple, d’autres firent preuve d’une résistance surprenante dues sans doute à des raisons pécunières (ne nous berçons pas trop d’illusions). La meilleure illustration en est sans conteste le plus ancien d’entre eux : The Rolling Stones. Les relations tumultueuses entre Mick Jagger et Keith Richards sont connues de tous, depuis fort longtemps et pourtant une fois sur scène, ces tensions s’évaporent pour laisser place à un show extrêmement bien huilé ou chacun récite sa partition d’une manière quasi parfaite. Bien sûr, les regards entre nos deux musiciens peuvent aisément se conter sur le doigt d’une main pendant les deux heures que dure le spectacle mais à aucun moment le spectateur non averti ne se rend compte de l’existence de divergences opposant nos deux hommes.

Qu’en sera-t-il pour la suite de la tournée Européenne « No filter » qui débutera en mai prochain ? Il faut reconnaître que, dans une récente interview accordée au Wall Street journal, Keith Richards a frappé très fort en trouvant ridicule la récente paternité de Mick Jagger, le traitant même de « randy old bastard » et lui conseillant une vasectomie. Réalisant son erreur et conscient d’avoir été trop loin, Keith Richards a officiellement présenté ses excuses. Il sera donc très intéressant d’observer comment se déroulera la future tournée de ce printemps.

Malgré tous ces différents et sans doute pour des raisons purement matérielles, les Stones ont choisi de combler leurs nombreux publics. Ah, si un trio bien connu pouvait s’inspirer de cette volonté, nous serions ravis, n’est pas messieurs Crosby, Stills and Nash ?

                                                                                                                                        Frédéric.

téléchargement