En préambule au sujet développé plus bas, au moment où sont rédigées ces quelques lignes, aucune nouvelle de l’état de santé de John Mayall n’est parvenue sur les écrans d’ordinateurs. Rappelons pour ceux qui ne le sauraient pas, que le légendaire bluesman de 84 ans a dû être hospitalisé en urgence, le week-end dernier, suite à une pneumonie, ce qui l’a contraint à annuler tous ses concerts du mois de juin, prévus sur le sol Américain.

Mais, l’actualité est ainsi faîte que, comme le disent si bien les Américains, « The show must go on » et curieuse coïncidence, celle-ci est venue de son ancien élève Éric Clapton à l’occasion d’un concert semi privé, puisque réservé aux habitants de la petite bourgade de la côte Est des Etats Unis : Greenwich. Il m’a donc paru intéressant d’effectuer un bref comparatif de la trajectoire scénique prise par nos deux légendes, au cours de la dernière décennie.

Ce ne sont pas ceux qui l’ont connu à ses débuts qui contesteront les propos qui suivent, mais la scène constitue la principale raison de vivre de John Mayall. Travailleur infatigable, passionné par l’innovation dans un style musical qui pourtant ne le permet guère, notre bluesman semble littéralement transcendé dès lors qu’il monte sur une scène et l’énergie dont il fait preuve porte littéralement sur le public. A 84 ans, donnant plus de 100 concerts par an, John Mayall pourrait se contenter d’assurer les affaires courantes en présentant une set list établie depuis fort longtemps sur laquelle il pourrait évoluer en confort. Mais, ceci n’est pas sa philosophie, puisque refusant cette opportunité, le contenu de son show varie d’un soir sur l’autre. Mais comment pourrait-il en être autrement, puisque dans une récente interview, notre bluesman affirmait que ses musiciens et lui-même n’éprouveraient aucun plaisir à interpréter tous les soirs les mêmes morceaux ?

Eric Clapton est certainement le guitariste le plus brillant qu’ait produit notre musique, juste après un certain Jimi Hendrix. Nous ne pouvons donc que vivement regretter son orientation scénique actuelle. Après avoir pratiquement déserté le blues, musique pourtant faîte pour lui, au profit, entre autres, de reprises de standards de JJ Cale, notre guitariste a lui opté pour de rares apparitions scéniques, surtout depuis l’apparition d’une maladie, lui empêchant de pouvoir s’exprimer totalement avec ses mains. Peu réputé pour son goût pour le travail, tout au moins à partir de la décennie 70, Eric Clapton a donc choisi de présenter depuis plus de cinq années, une set list rigoureusement identique pour les quelques concerts qu’il offre chaque année à son public. Seul, de temps en temps, par miracle, un nouveau morceau est incorporé à son show.

Sur scène, ses solos de guitare, pourtant toujours aussi réussis et séduisants, se réduisent chaque année un peu plus, pour notre grand regret et depuis quelques années, sont au contraire régulièrement partagés et même laissés à l’initiative de side musicians bien quelconques, comme par exemple Jimmie Vaughan et surtout Doyle Bramhall II, qui trouve là l’occasion d’acquérir une notoriété et de pouvoir signer de juteux contrats qui ne se seraient jamais présentés à lui en solo, du fait de son manque total de talent. En toute franchise et sans aucune animosité, il est permis de s’interroger sur le plaisir que peuvent éprouver des pointures exceptionnelles comme son fidèle Chris Stainton à interpréter systématiquement les mêmes morceaux depuis si longtemps, mis à part la certitude du versement d’un chèque conséquent à son nom. Nous voici donc confronté à deux manières totalement opposées d’aborder la scène de la part de deux géants de la musique. Je vous laisse volontiers deviner ou va ma préférence.

Bien évidemment, comme toute opinion, celle-ci est forcément discutable. La rubrique commentaires sera donc ravie d’accueillir vos points de vue et vos remarques.

                                                                                                                                     Frédéric.

 

Eric Clapton - May 26, 2018 - Complete show