Depuis quand un album studio de Bob Seger n’avait exercé un tel pouvoir de séduction sur mes oreilles, pourtant bien rodées à la musique du rocker de 72 ans, originaire de Detroit ? Il faut sans doute remonter à la sortie du fameux « Against the Wind » ce qui hélas ne nous rajeunit guère. Car cet album, sorti en novembre 2017, est sans nulle doute une superbe réalisation qui nous fait encore plus regretter la non venue de Bob Seger en Europe, une fois sa tournée américaine reprise et achevée, après une longue interruption due à des problèmes cervicaux.

Avant tout, sachez que si cet album vous est chroniqué si tardivement, c’est dû à un incroyable concours de circonstances, du au site de l’artiste qui vous demande beaucoup de patience pour la réception de votre commande. Il est en effet incroyable de nos jours qu’une commande passée le 15 décembre vous parvienne dans votre boîte aux lettres le 1er février. Mais tous ces petits soucis sont vite oubliés dès lors que l’album est posé sur vos platines. Car ne nous y trompons pas avec « I knew you when », Bob Seger vient de signer une œuvre majeure valant largement le faible investissement demandé. Sortant du registre ballades country de son dernier album pour lequel sa voix n’est guère adaptée, notre rocker effectue un véritable retour aux sources avec un disque aux sonorités très rock démontrant à 72 ans, une capacité de création remarquable en signant 11 des 13 chansons. Et lorsque l’on parle de rock puissant, notre rocker de Detroit en est un maître incontesté et surtout incontestable du genre. Remarquablement entouré de musiciens brillants, avec en particulier une section cuivre exceptionnelle, il vous emmène pendant plus de 52 minutes dans des rocks torrides ou sa puissante voix prend littéralement toute sa dimension.

La puissance dégagée par cet album est telle qu’il pourrait être tout à fait être considéré sans crainte comme l’équivalent studio du fameux « live bullet » que tout amateur de rock se doit de posséder dans sa discothèque. Il se conclue magnifiquement dans sa version Deluxe par un hommage à son ami Glenn Frey de The Eagles, disparu bien trop tôt et qui du paradis des musiciens ou il se trouve doit écouter cette œuvre superbe dont il serait vraiment dommage de se priver.

                                                                                                                                                Frédéric.

 

Bob Seger - Busload of Faith (Audio)